Une vie comme les autres - Hanya Yanagihara

18:00 My-Little-Anchor 6 Comments


Une vie comme les autres fait partie de ces livres qui vous appellent sans savoir pourquoi. Je ne sais plus la raison pour laquelle j'ai eu réellement envie de le lire mais je ne regrette absolument pas ! J'ai instinctivement su que ce livre allait me plaire ! Je me suis dit que ce livre changeait un peu du traditionnel roman où on suit une bande de copines. Là, c'est tout le contraire ! On suit une bande de potes qui se connaissent depuis la fac et qui depuis des années sont restés amis malgré les épreuves de chacun. Le petit plus, c'est que ça se passe à New York et  personnellement j'aime bien me plonger dans cette ville. Et puis, je me suis dit que personne allait le lire et lui donner sa chance avec ses 816 pages ! Ce roman est une brique ! Ne nous voilons pas la face. J'ai d'ailleurs mis deux semaines à le lire mais ça a été un réel plaisir car j'ai pris le temps de le lire. Ce n'est pas un roman qu'on dévore. Non, il se déguste si je puis dire parce que concrètement ce n'est pas un roman joyeux. Bien au contraire, ce roman est bouleversant, marquant, déchirant. J'ai eu mal pour les personnages ! C'était tellement atroce par moments que j'avais l'impression de manquer d'air. J'avais le souffle coupé, le cœur égratigné. Clairement, ce roman est éprouvant sentimentalement parlant ! J'en suis ressortie totalement retournée, bouleversée. Ça a été dur de le finir psychologiquement. Ce roman ce n'est pas qu'une claque, c'est un véritable coup de poing ! D'ailleurs, je remercie les éditions Buchet Chastel et NetGalley de m'avoir permis de découvrir ce roman, ça a été une très belle découverte !


Titre : Une vie comme les autres
Titre Original : A little life
Auteur : Hanya Yanagihara
Maison d'Édition
 : Buchet Chastel
Pages
 : 816

♥♥♥♥
Histoire : « On y suit sur quelques dizaines d’années quatre amis de fac venus conquérir New York. Willem, l’acteur à la beauté ravageuse et ami indéfectible, JB, l’artiste peintre aussi ambitieux et talentueux qu’il peut être cruel, Malcolm, l’architecte qui attend son heure dans un prestigieux cabinet new-yorkais, et surtout Jude, le plus mystérieux d’entre eux. Au fil des années, il s’affirme comme le soleil noir de leur quatuor, celui autour duquel les relations s’approfondissent et se compliquent, cependant que leurs vies professionnelles et sociales prennent de l’ampleur. »


Avis : Une vie comme les autres est un roman où on découvre les portraits de quatre garçons vivant et travaillant à New York et qui ont toujours été liés par leur amitié. En effet, tous les quatre se connaissent depuis la fac. On rencontrera alors Malcolm, JB, Wilhem et Jude. 

- Malcolm est architecte dans un cabinet. Il n’avait pas forcément envie de travailler dans celui-ci mais a souhaité le prendre pour faire plaisir à ses parents car ils pensaient qu'une grosse entreprise serait l’idéal pour commencer sa carrière professionnelle sachant que son père n'a jamais vraiment été fier de lui, préférant toujours ses amis notamment Jude parce qu'il avait fait les mêmes études que lui  et dans la même fac. 


- JB (Jean Baptiste) est réceptionniste dans un magazine mais ce n’est clairement pas le job de ses rêves. Il souhaite avant tout vivre de sa passion pour la sculpture et la peinture. Il a toujours porté un grand intérêt pour l'art et s'y connait pas mal en photographie (on parle notamment des œuvres de Diane Arbus). Commencer une carrière professionnelle comme peintre n'est jamais évident et JB va devoir beaucoup travailler pour pouvoir réussir. Par le plus grand des hasards, c'est en prenant ses amis en photos que l'inspiration lui apparait. Il va s'en servir pour représenter les scènes photographiques en peinture et quoi de mieux que de prendre ses amis comme sujet ? Surtout quand, parmi eux, se cache un beau gosse mystérieux. Pourtant, certaines choses ont un prix. JB devra se sacrifier pour préserver l'une d'entre elle : l'amitié.

- Wilhem est serveur dans un restaurant mais ce qu'il souhaite le plus dans la vie, c'est devenir acteur. C'est un des membres du groupe qui a le plus galéré dans la vie surtout financièrement et qui a été frappé par la vie. En effet, son frère handicapé est décédé pendant ses études. Ça a été dur pour lui car il n'était pas présent quand cela s'est produit. Et, comme si une fois ne suffisait pas, il a également perdu ses parents avant de commencer sa vie d'adulte... Même s'ils n'étaient pas proches, tout ce temps perdu lui met une belle claque dans la gueule.

- Jude est le plus mystérieux des quatre amis mais le plus souffrant, le plus déprimé et instable bien qu'il ait tout fait pour avoir une brillante carrière professionnelle. En effet, on y découvre qu'il se scarifie depuis très longtemps mais qu’il a toujours su cacher ses cicatrices jusqu'au jour où il demande de l'aide... C'est inévitable. A partir de ce moment-là, son secret est en quelque sorte révélé et on découvre le début de son histoire personnelle.  

Une histoire bien trop tragique.

En effet, on y apprend qu'il a été victime d'un accident de circulation : il s'est fait percuter par une voiture mais était-ce volontaire de sa part ou non ? Après ça, Jude a dû continuer sa vie en réapprenant à marcher et à vivre avec des douleurs au niveau des jambes. Il a ainsi été suivi par une tutrice, Ana, qui a toujours tout fait pour qu'il avance dans la vie, notamment en le poussant à s'inscrire à l'université. 

Dès qu'on comprend la situation de Jude, on sait qu'il a vécu quelque chose de terrible, d'horrible et d'insoutenable... On découvre un personnage fragilisé par la vie. En réalité, on apprend que Jude a été abandonné par ses parents et plus précisément par sa mère sur un tas de poubelles et que celui-ci a été recueilli auprès des Frères. Malheureusement pour lui, tout le temps où il a été chez eux, il s'est fait maltraiter physiquement. On le brulait, le battait à coup de ceinturon, on le traitait de monstre, on lui faisait vivre un calvaire. C'était le seul enfant parmi eux. Il était en quelque sorte l'exutoire des Frères. Puis, en partant du foyer avec un Frère - Luke - (qui ne lui avait jamais fait mal), il devient un esclave sexuel à l’âge de 9 ans. Frère Luke lui a fait croire qu'ils allaient avoir leur propre maison en partant du monastère mais c’était une illusion. Frère Luke n'était pas aussi sain que ça. En effet, on découvre que Frère Luke est un pédophile et un proxénète utilisant Jude pour assouvir ses besoins sexuels...

Jude ne fait qu'accumuler les malheurs le poussant à trouver un exutoire pour soulager ses douleurs.

Après ça, il a rejoint un foyer mais il n'a jamais eu l'occasion d'être adopté... Alors, quand dans sa vie d'adulte ça se présente, il n'y croit pas. Sa peur d'être abandonné est tellement forte qu'il se fait davantage mal. Il se laisse mourir et tue son corps chaque jour encore plus. Il ne fait rien pour s'arrêter. Il est tellement focalisé sur son passé et sur ce qu'il a vécu qu'il n'arrive pas à avancer et se donner une chance de vivre...

Seule l'autodestruction lui fait du bien. Seule la douleur le fait vivre... 

Plus les années passent et plus son corps se meurtrit. Jude ne fait qu'abimer de jours en jours son corps jusqu'au jour où sa vie va encore prendre un autre tournant : celui de la maltraitance conjugale. Jude a l'impression de revivre son passé au monastère... Il se force à dépasser ses limites pour ne pas dégoûter l'autre. Mais celui-ci ne comprend pas et s'en prend à lui. Coup sur coup Jude encaisse alors que son corps garde les traces et les marques de ces violences. Jude a tellement peur du regard des autres qu'il se laisse tuer. Seulement Jude a atteint ses limites... 

« Parfois la douleur se raréfie, ou bien s’avère légère, ou encore intermittente. Mais elle ne cède jamais. »
Ainsi, on suit chaque personnage au quotidien permettant de les découvrir chacun leur tour. C'est comme si l'auteure mettait en scène la vie de ses personnages et s'arrêtait sur eux quand elle avait envie de parler d'eux. Elle fige leur portrait à un moment donné alors que la journée se déroulait tranquillement.

C'est un roman de portraits de vie montrant les vices de la société mais aussi l'importance de l'amitié. Pour comprendre tout cela, on les suit sur plusieurs années. Il y a un avant et un après. On découvre pas à pas la vie de chacun montrant ainsi l'évolution de leur amitié et de leur réussite professionnelle.

Ce roman se livre comme des battements de cœur. Par moments, il y a tellement des pics d'émotions qu'on sent notre cœur se serrer, prendre un coup de poing en plein estomac. On vit des périodes creuses où tout stagne et puis d'un seul coup tout bascule. De vraies montagnes russes. Ça survient sans qu'on s'en aperçoive mais dès que ça a commencé, on ressent tellement d'émotions qu'on vit avec le personnage. On se sent impuissant, bouleversé, en panique. Comme un encéphalogramme, tout va bien et puis d'un coup la panique survient, notre cœur s'emballe. La peur. La panique. Le mal-être. La vie quittant peu à peu notre corps.

Et puis, quand Jude arrive à un certain point mort de sa vie, quand finalement son corps l'abandonne, il accepte de faire des choix pour qu'il soit satisfait de lui mais surtout pour Willem qui a toujours été là depuis le début. Il l'écoute enfin pour avancer. A partir de là, même si son corps a changé, les douleurs ont cessé. Il pouvait enfin entamer les années du bonheur. Mais, du jour au lendemain, sa vie a basculé. C'est arrivé un beau jour sans prévenir. Il ne pensait pas que la vie aurait pu être encore plus difficile, cruelle, impardonnable....

D’un seul coup, le battement de cœur s'est arrêté. Les larmes ont coulé.

« le seul truc avec l’amitié, je pense, consiste à trouver des gens qui sont mieux que toi – pas plus intelligents ou plus cool, mais plus gentils, plus généreux et plus indulgents -, et puis de les apprécier pour ce qu’ils peuvent t’enseigner et à essayer de les écouter quand ils te disent quelque chose sur toi-même, que ce soit une bonne ou mauvaise chose, et de leur accorder ta confiance, ce qui est le plus difficile. Mais aussi le plus gratifiant. »
 
Quand vous commencez ce livre, prenez le temps de bien respirer et profiter des moments calmes car à partir d'un moment votre respiration va devenir très courte. Vous allez suffoquer car les émotions décrites sont insoutenables. On se sent paniquer car on n’arrive plus à respirer, tellement le personnage de Jude est mal dans sa peau. L'auteure n'a vraiment pas épargné son personnage. C'est tout une myriade de sentiments qui nous prennent le cœur, la gorge. On se sent agressé, tout comme Jude.

Ce roman est à lire progressivement. Il n'est pas bourré d'actions. C'est plutôt lent, long et dense car l'auteure intègre toute une catharsis progressivement au fil du roman à travers le portrait de Jude. C'est un roman qui est décomposé entre les années, les souvenirs, les personnages. Chaque chapitre est important même s'il est long et qui ne se passe pas grand-chose. C'est avant tout un roman basé sur les sentiments, les sensations.

Une vie comme les autres n'est pas qu'une question d'histoires, de portraits. C'est bien plus que ça. C’est un battement de cœur qui peut s’arrêter à n’importe quel moment !

6 commentaires :

  1. Woah ! Ce livre a l'air extrêmement dur. Rien qu'avec ton avis, on le ressent. Il a l'air très marquant également. Je suis fortement intéressée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est ! Je suis contente si tu as pu ressentir ça dans ma chronique car ça a été très du d'en parler et d'exprimer les mots/maux juste !
      J'espère que tu le liras. Il mérite beaucoup de temps au vu du sujet mais les émotions sont tellement fortes. On en ressort complétement bouleversé, le souffle coupé.

      Supprimer
  2. En ce moment, j'ai envie de lectures " légères" , mais je le note dans ma wishlist ;)

    RépondreSupprimer

Merci pour votre passage et à bientôt ♥