Valet de pique - Joyce Carol Oates

20:10 My-Little-Anchor 4 Comments


Valet de pique est le tout premier roman de Joyce Carol Oates que je lis et je ne suis pas déçue car celui-ci m’a plu. Il m’a convaincu de lire d’autres de ses livres et croyez-moi il y en a pas mal ! En effet, même si ce n’est pas le livre de l’année, j’ai trouvé ce thriller prenant, intense, qui met nos nerfs à vif ! Par ailleurs, je remercie énormément Anaïs de l'agence Anne & Arnaud pour l'envoi de ce roman !

Titre : Valet de pique
Titre Original :
Jack of Spades
Auteur : Joyce Carol Oates
Maison d'Édition
 : Philippe Rey
Pages
 : 219

♥♥♥♥♥
Histoire : « Quel auteur n’envierait le sort d’Andrew J. Rush ? Écrivain à succès de romans policiers vendus à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde, père de famille heureux, Andrew vit dans une petite ville du New Jersey où il trouve le calme nécessaire pour édifier son œuvre. Mais Andrew a un secret que même ses plus proches ignorent : sous le pseudonyme de Valet de pique, il écrit des romans noirs, violents, pervers, romans qui scandalisent autant qu’ils intriguent le monde littéraire. Cet équilibre tout en dissimulation qu’Andrew a patiemment élaboré va être menacé. Au départ, la plainte d’une voisine, Mme Haider, probablement un peu dérangée, qui l’accuse d’avoir plagié ses romans autopubliés. Parallèlement sa fille lui pose des questions gênantes après avoir trouvé des traces autobiographiques dans un roman du Valet de pique ; sa femme 
___________________________Irina est soupçonnée par Andrew d’entretenir une liaison avec un 
___________________________professeur de maths. Ces éléments menaçants vont réveiller chez Andrew 
___________________________des fantômes du passé, réveiller aussi la voix désormais plus insistante et 
___________________________terrifiante du Valet de pique… »


Avis : Dans ce roman, nous suivons Andrew J. Rush, écrivain à succès, mêlant deux écritures à travers deux portraits. D'un côté il y a son vrai nom et de l'autre son pseudonyme dont aucun de ses proches ne connait l'existence : Valet de pique. 

Pourtant, du jour au lendemain, son nom va être mis en danger par une certaine personne C.W. Haider. Qui est-elle ? Que cherche-t-elle ? Pourquoi assigné Andrew au tribunal pour plagiat ? Qu'a-t-il fait ? 

Finalement, Andrew s'en sort bien. Du moins, en ce qui concerne cette femme car une nouvelle personne s'intéresse à ce Valet de pique : sa fille. Elle va tomber un jour sur un écrit du Valet de pique et va profondément s’interroger sur son cas car il en connait un peu trop sur sa vie. En effet dans les écrits du Valet de pique, il reprend des évènements réels qui se sont déroulés auparavant. Malheureusement pour lui, sa fille tombe sur un écrit relatant des évènements qui la concernent... A partir de ce moment, Andrew adopte un nouveau comportement pour ne pas révéler son identité...

Ainsi, au fil des pages, on découvre que le Valet de pique est un personnage plus noir, plus sombre et plus pervers qu'Andrew. On se rend compte qu'Andrew est victime de son propre personnage. Il se fait manipuler mentalement à ne savoir dans quelle réalité il se trouve. 

Écrit-il ou bien vit-il son personnage ? Jusqu’où est-il capable d’aller pour dépasser ses propres limites et devenir quelqu’un d’autre ?  

Andrew est alors victime de bipolarité, de schizophrénie. Qui est donc véritablement le Valet de pique ? Représente-t-il réellement un psychopathe assoiffé de drames où meurtres et violences se côtoient ? 

Il n’y a que vous qui pouvait le savoir…

Dans ce roman, il est alors question du double « je », de la métamorphose entre un personnage écrivain et un écrivain psychopathe qui va finalement se perdre au fil de son écriture via son propre jeu sadique. En s’inventant son personnage, il ne va plus pouvoir mêler le vrai du faux au point de s’en prendre aux autres et à lui-même. Finalement, le personnage qui le ronge la nuit est-il simplement la vision obscure de lui-même ou bien un autre « je » qui le possède à ce moment-là ?  

L’auteure à travers ce portrait aux multiples visages nous rappelle sans aucun doute qu’on ne connait jamais assez bien les autres, qu’ils soient ou non de notre famille. Parfois, le mal l’emporte sur le bien et montre alors le vrai visage de l’individu.  

Entre la raison et la folie, il n’y a qu’un pas ! Méfiez-vous de votre prochain, il pourrait être votre pire ennemi !

4 commentaires :

  1. Je ne suis pas sûre de commencer par celui-là, mais j'ai vraiment envie de découvrir Joyce Carol Oates !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pensais pas commencer par celui-là mais l'occasion s'est présentée donc j'en ai profité pour découvrir celui-ci et j'ai vraiment bien aimé ! C'était sympa ! :)

      Supprimer
  2. Je l'ai également reçu grâce à Anaïs et c'est aussi mon premier de l'auteure. Malheureusement, ce roman n'a pas autant plu que toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'avais lu ta chronique ^^ C'est dommage.

      Supprimer

Merci pour votre passage et à bientôt ♥