Le pouvoir - Naomi Alderman

19:00 My-Little-Anchor 0 Comments


Le pouvoir est un roman qui a beaucoup fait parler de lui à sa sortie puisqu'il sortait des sentiers battus avec un thème puissant et fort sur le féminisme. J'ai donc eu envie de le découvrir car le résumé titillait ma curiosité mais je vous l'avoue tout de suite, j'ai vite déchanté dès le début. Ce roman est tellement atypique que je n'ai pas réussi à l'apprécier. A vrai dire, je me suis beaucoup ennuyée en le lisant. Il ne se passait pas grand chose, ce n'était pas palpitant. Pour un roman dit "électrisant", je n'ai pas ressenti un tel enthousiasme. J'ai peiné à le finir car le véritable problème de ce roman c'est l'alternance des histoires qui ne permet pas de s'attacher à un quelconque personnage. Il y en a beaucoup trop et on se perd assez rapidement dans l'histoire générale. Je suis finalement déçue de ce roman car j'en attendais autre chose. Je remercie les éditions Calmann Levy et NetGalley de m'avoir permis de le découvrir !

Titre
: Le pouvoir

Titre Original
: The Power

Auteur
: Naomi Alderman

Maison d'Édition
: Calmann-Lévy

Pages
: 400


♥♥
Histoire : « ET SI LES FEMMES PRENAIENT ENFIN LE POUVOIR DANS LE MONDE ENTIER ? Aux quatre coins du monde, les femmesdécou vrent qu'elles détiennent le "pouvoir". Du bout des doigts, elles peuvent infliger une douleur fulgurante - et même la mort.Souda in, les hommes comprennent qu'ils deviennent le "sexe faible". Mais jusqu'où iront les femmes pour imposer ce nouvel ordre ? »
*

*
*
Avis : Dans ce roman, nous commençons par découvrir les profils des différents personnages qui animent l’histoire. Il y a notamment : 

- Roxy : on découvre dès le début du roman qu’elle se fait agresser dans la rue et voit sa mère mourir devant ses yeux. Grâce au fameux pouvoir, elle va pouvoir venger sa mère en tuant son meurtrier.

- Tunde, lui, tombe raide dingue d'une fille (Enuma). Cependant, en son contact, il se produit de drôle de choses. Il se retrouve paralysé physiquement et ne sait pas pourquoi. Après ça, il va se trouver de nouveau dans une position de paralysie car cette fois-ci ce n'est pas lui qui est visé mais un homme qui avait harcelé une jeune fille. Cette dernière n'a pas contrôlé ses émotions autant qu'Enuma puisque l'homme a succombé directement au pouvoir. A ce moment, Tunde capturait ses images sur son téléphone et se lance dans l'idée folle de publier la vidéo sur le net. On y découvre que la jeune fille a électrocuté l'homme via ses mains. A partir de ce moment, Tunde va être contacté par la CNN pour réaliser des vidéos et va partir sur le terrain en tant que journaliste. Il va alors essayer de se rapprocher d'un groupe de femmes qui a décidé d'utiliser leur pouvoir pour se rebeller contre les dictats de leur pays mais aussi contre les hommes notamment leur mari. Elles n'ont plus envie de subir, elles veulent se sentir libres. Libres mais à quel prix ?

- Margot est mère et occupe un poste important dans sa ville. Elle est maire. Le problème : elle doit faire face au pouvoir de sa fille qu'elle essaye de dissimuler autant que le sien car si on vient à apprendre qu'elle dispose de ce pouvoir, elle perdrait son travail... 

- Allie, elle, est une jeune ado qui a été recueillie et qui un soir se fait agresser par son père d'adoption quand elle rentre chez elle car elle était avec des garçons. Des garçons dont un souhaitait une relation sexuelle. A partir de ce soir-là, Allie ne se laisse pas faire et électrocute son père adoptif et s’enfuit. 

Au début du roman, l'autrice nous dévoile tous les comportements masculins que nous rencontrons au quotidien que ce soit le mépris, le harcèlement, les abus de pouvoir. Elle met en avant la misogynie socio-culturelle pour finalement laisser place au pouvoir des femmes qui se rebellent et ne se laissent plus faire. 

Les hommes ne sont plus en sécurité nulle part. Même les femmes sont agressives envers elles-mêmes, avides de pouvoir. 

Ce roman mêle à la fois science-fiction / fantastique et religion. La croyance envers un dieu est très présente et nous le voyons notamment par l'aspect bipolaire de certaines personnes qui pensent parler à un dieu quand elles se questionnent. 

En avançant dans le roman, nous nous rendons compte qu’il tourne autour de quatre personnages et nous découvrons avec eux le pouvoir des femmes : celui de créer de l'électricité via leur conscience et le contrôler, le propulser par leurs mains. 

L'autrice nous narre une époque où les femmes sont libres de faire ce qu'elles veulent sans être tyrannisées, terrifiées par leur mari. Une ère où les femmes contrôlent et dirigent le monde. 

Comment pourraient vivre les hommes dans cette situation ? L'accepteraient-ils ? Se soumettraient-ils à cette dominance ? 

Au cours du roman, je n'ai pas réussi à m'attacher à l'histoire. Les messages véhiculés ne me touchaient pas et ne me convainquaient pas. J'étais distante. Je ne me sentais pas spécialement happée par l'histoire. C'était peut-être trop décousu à cause des quatre portraits que nous suivons tout au long du roman. Il faut toujours se demander ce qui s'est passé précédemment pour ré-contextualiser les choses, et puis parfois c'était un peu trop utopiste, peu crédible. L'autrice pousse le vice du pouvoir et de la misandrie à l'extrême. 

Mais jusqu'où sommes-nous prêts à aller ? 

Pourtant, nous nous rendons compte que si les femmes dominaient les hommes, ça serait la révolution car les hommes ne veulent pas être soumis. Or, ce comportement est le reflet de notre société aujourd'hui mais envers les femmes. Elles sont soumises, rabaissées et stéréotypées dans certaines classes. Et pourtant, elles ne se rebellent pas comme les hommes peuvent le faire. 

Cependant, les hommes et les femmes sont égaux alors pourquoi tant de différences ? De discriminations ? D'inégalités ? Pourquoi les hommes auraient-ils plus le droit de se rebeller que les femmes ? Pourquoi les femmes doivent sans cesse être le sexe faible ? Pourquoi doivent-elles se taire ? Se cacher ? Pourquoi devraient-elles hiérarchiquement être en dessous des hommes ? 

Finalement, nous nous rendons compte que les femmes vont beaucoup plus loin que de simplement mépriser les hommes et de leur faire peur. Elles ne contrôlent plus leurs pulsions remplies de vengeance qu'elles ont accumulées. Elles se vident de leur énergie, de leur pouvoir au point de massacrer les hommes. 

Ce pouvoir était-il une si bonne chose ? 

Ce que j'ai le plus aimé dans ce livre, c'est de suivre Tunde qui est le seul personnage masculin principal dans le roman ! Surtout vers la fin. Son parcours m'a plu et je regrette qu'il n'y ait pas eu plus de chapitres pour savoir ce qui se passait pour lui et que devenaient les documents transmis...

0 commentaires :

Merci pour votre passage et à bientôt ♥