La nuit introuvable - Gabrielle Tuloup

19:00 My-Little-Anchor 0 Comments


La nuit introuvable est le premier roman de Gabrielle Tuloup et je dois vous avouer que je suis assez surprise de découvrir une plume aussi sensible et poétique. Je l'ai beaucoup aimé. C'était très agréable et plaisant à lire. Je me délectais de chaque mot avec plaisir. En découvrant ce roman, je n'aurai pas parié dessus. Mais, Anne de l'agence Anne & Arnaud me l'a tellement bien vendu que je lui ai fait confiance ! Pour elle, Gabrielle Tuloup a un talent indéniable ! C'est une certitude ! Et effectivement, Gabrielle Tuloup a un talent : celui de manier magnifiquement bien les mots. Je remercie Anne pour cette jolie découverte !


Titre
:
La  nuit introuvable
Auteur
: Gabrielle Tuloup

Maison d'Édition
: Philippe Rey

Pages
: 152

♥♥♥

Histoire : « Nathan Weiss vient d’avoir quarante ans lorsqu’il reçoit un appel d’une inconnue : sa mère Marthe souhaite le revoir en urgence. Cette mère, voilà quatre ans, depuis le décès de son père, qu’il s’efforce de l’oublier. Ce n’est pas un hasard s’il s’est expatrié jusqu’en Slovénie. Il va pourtant obéir et revenir à Paris. Sa mère a changé : elle est atteinte d’Alzheimer et ne le reconnaît presque plus. Nathan apprend alors que Marthe a confié huit lettres à sa voisine, avec pour instruction de les lui remettre selon un calendrier précis. Il se sent manipulé par ce jeu qui va toutefois l’intriguer dès l’ouverture de la première lettre. »

*
*
Avis : Dans ce roman, nous découvrons le personnage de Nathan Weiss qui doit se rendre en urgence auprès de sa mère car celle-ci est victime d'Alzheimer et souhaite resserrer les liens avec lui pour partir librement, avec le cœur un peu plus léger. Pour cela, elle lui a écrit 8 lettres qui lui seront données une par une à chaque fois qu'il viendra la voir... Elles ont été écrites pour ne pas oublier le passé et les liens qui les lient, les unissent. Nous découvrons alors le présent et le passé de sa mère à travers un jeu de correspondance.

Ce roman se démarque avant tout par une écriture poétique où les sentiments et les souvenirs se lient pour redonner vie à une mémoire oubliée.

Après le décès de son père, Nathan a tout fait pour s'éloigner de sa mère. Il est parti travailler à l'étranger essayant d'oublier la douleur qui le relie à sa mère : la mort de son père. A partir de cet évènement, mère et fils ont été les plus désunis. Leur relation s'est échouée sans que celle-ci ait un jour commencée.

« La maladie avait maintenant fait de ma mère une vieille dame fugueuse, qui s’écorchait les jambes et les ongles à gratter à la porte de ses souvenirs et qui vérifiait vingt fois les poches de sa robe de chambre pour y retrouver sa mémoire. Mais les poches étaient vides. »

L'autrice parle en toute honnêteté de la perte d'un proche, de la douleur qui nous accompagne, les manières de vivre avec, ainsi qu'avec les souvenirs. C'est écrit d'une manière sensible et poétique et c'est ça qui nous bouleverse intérieurement. Ses mots sont percutants bien qu'ils soient imagés. Mais c'est tout là l'enjeu du roman : aborder le deuil, la maladie d'une autre manière : celui des mots, de la poésie. Elle tourne ses phrases d'une telle manière que nous nous imaginons totalement ce qu'elle veut nous transmettre.

Cependant, le seul petit bémol que je pourrais reprocher à ce roman c’est que j’ai trouvé que l'histoire en elle-même manquait d'émotions. La plume nous touche sans laisser place aux véritables émotions. Nous nous sentons distant vis-à-vis des personnages. Nous ne sommes pas submergés, du moins je ne l’ai pas été. Je me suis sentie impassible vis-à-vis d'eux et de leur histoire alors que je pouvais indéniablement imaginer la situation, la douleur. Justement parce que j’ai déjà connu la douleur d’une perte parentale. Peut-être est-ce dû à cette perte que je suis restée hermétique aux émotions qui se dégagent de ce roman. Après, il est vrai que c’est difficile de se sentir autant happé dans un si court récit…

0 commentaires :

Merci pour votre passage et à bientôt ♥